Château de Saint Fargeau

Posté par:

Nos chambres d’hôtes de charme en Bourgogne sur la route de Saint Fargeau.

Cette histoire pourrait être la trame d’un roman historique. Pourtant cette énigme est bien réelle. Au château de Saint Fargeau, un tableau du peintre David serait caché dans les murs de l’édifice. Le tableau représente l’assassinat de Louis-Michel Lepeletier, marquis de Saint Fargeau. Une œuvre estimée à plusieurs millions d’euros.

Des fouilles ont été réalisées pour tenter de retrouver ce chef d’œuvre mais sans succès. Les murs médiévaux du château font 3,70 mètres d’épaisseur.

chambres-d’hôtes-de-charmeLouis-Michel Lepeletier était un aristocrate révolutionnaire. Un noble qui défend la cause du tiers état. En 1789, il est élu député de la noblesse aux états généraux. Il siège à gauche de l’assemblée avec les Montagnards. Après la prise de la Bastille, il renonce à ses droits seigneuriaux et ôte de son nom : de Saint Fargeau pour ne garder que Lepeletier.

Le 21 juin 1790, il est élu président de l’assemblée nationale. En cette journée historique du 15 janvier 1793, suite à son procès, le roi de France, Louis XVI est déclaré coupable, et Lepeletier fera partie des députés qui voteront la mort du roi. Mort obtenue à une voix près.

La veille de l’exécution du roi Louis XVI, guillotiné le 21 janvier 1793, Lepeletier dîne dans un restaurant parisien. Un homme s’approche de lui et luit dit : C’est toi scélérat qui a voté la mort du roi. Lepeletier répond : j’ai voté selon ma conscience ; et que t’importe. L’homme qui n’est autre qu’un ancien garde royal de Louis XVI, le transperce de son épée. Lepeletier décèdera quelques heures après. Mort pour avoir voté la mort du roi.

Lepeletier devient le premier martyr de la révolution. Des funérailles nationales sont organisées. Son corps couronné de laurier est exposé place Vendôme. Il sera inhumé au Panthéon.

Le peintre David, également député ayant aussi voté la mort du roi décide de lui rendre hommage en réalisant un tableau. Cette œuvre baptisée : Lepeletier de Saint Fargeau sur son lit de mort, était accrochée à côté d’un autre tableau du peintre : Marat assassiné, à la Convention (ancienne Assemblée nationale).

A ce jour, Marat assassiné, est au musée des Beaux arts à Bruxelles, ou le peintre a fini ses jours après un exil forcé. Mais pour le tableau représentant Lepeletier sur son lit de mort, plus aucune trace.

Serait-ce Suzanne, sa fille qui devenu royaliste aurait acheté ce tableau pour une somme considérable afin de le brûler et ainsi effacer l’image de son père régicide. Thèse soutenue par l’historien de l’art Simon Lee, professeur à l’université de Reading (Angleterre). Une autre version raconte que Suzanne aurait dissimulé le tableau dans les murs du château.

Aujourd’hui, dans la chapelle du château de Saint Fargeau, reposent les corps de Suzanne et son père Louis-Michel Lepeletier, dont le corps fût finalement exhumé du Panthéon.

Lors de votre visite à Saint Fargeau, en traversant la Bourgogne, vous pourrez faire halte dans nos chambres d’hôtes de charme.

0